Italie : les médecins qui aideront leurs patients à mourir ne seront plus sanctionnés

11/02/2020

C’est une décision historique qui divise la communauté médicale : en Italie, les praticiens qui administreront l’aide médicale à mourir à un patient, ne seront plus sanctionnés par la commission disciplinaire de l’Ordre des médecins.

A l'heure où en France, la Haute Autorité de santé a demandé ce 10 février au pouvoir public de permettre la dispensation en ville du midazolam, puissant sédatif utilisé pour mettre en œuvre les sédations profondes et continues jusqu’au décès, l'Italie a franchi un pas de plus vers la fin de vie.

 

Le Conseil de la Fédération nationale des Ordres des médecins (Fnomceo), a décidé à l’unanimité de modifier son code de déontologie médicale pour s’aligner sur une décision de justice rendue en septembre dernier par la Cour constitutionnelle.

 

Dans leur verdict, les juges saisis du cas d’un responsable du parti radical italien (pro-euthanasie) qui avait accompagné en Suisse un italien resté tétraplégique et aveugle après un accident de la route, avaient estimé que le suicide assisté pouvait être licite en Italie. A condition toutefois que le patient soit consentant, atteint d’une pathologie irréversible provoquant des souffrances insoutenables et qu’un comité d’éthique médical local ait vérifié ses conditions et les modalités d’exécution de l’aide médicale à mourir.

 

Pour la Fnomceo, modifier le code de déontologie médicale était une décision incontournable après un tel verdict...

 

Continuer à lire sur marianne.net 

Please reload

ALBI asbl

 

Pour être informé de nos activités:

 

Pour devenir membre

  • Verser la cotisation de 15 € au compte BE52 0689 0016 7909 (BIC: GKCCBEBB)

  • En communication NOM Prénom email

  • Envoyer un mail de confirmation à albi@laique.be

  • en précisant NOM Prénom, Adresse complète, Email, Téléphone

LIENS UTILES
Nous suivre
  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Basic Black

Partenaires

© 2023 par "Flashinfo". Créé avec Wix.com